Arbres remarquables – l’allée de platanes à Dorigny

Cet article traite d’un ensemble de végétaux qui, par leur nombre et leur disposition, crée un magnifique effet. Partons à la découverte de l’allée de Platanes de l’Université de Lausanne.

Temps de lecture : 4 minutes

La fiche technique

Nom latin : Platanus
Synonymes :
Famille : Platanaceae
Origine :  régions tempérées hémisphère nord
Période de floraison : juin à juillet
Type de feuillage : caduc
Utilisation : médicinal, d’ornement, production de bois 
Bois : dur à travailler, peu employé, sauf en Orient
Les plus connus : platane commun, platane d’Occident, platane d’Orient

L’allée de platanes à Dorigny

Les universitaires lausannois ont la chance de pouvoir suivre leurs études dans un cadre si idyllique. Le site de Dorigny est situé au bord du lac. Les bâtiments sont répartis dans une ancienne propriété composée d’une maison de maîtres, appelée le château de Dorigny et de plusieurs fermes. Le parc de l’époque a été planté de nombreux arbres maintenant plus que séculaires (on pense notamment au fameux Chêne de Napoléon).

Une grande allée de platanes conduit les promeneurs du domaine jusqu’au lac Léman.

Une partie de l’allée est constituée de jeunes arbres plantés voici une vingtaine d’années, mais la majorité des platanes a plus de 100 ans et offre un spectacle impressionnant.

Quand on dit platane, beaucoup de gens imaginent un alignement d’arbres en parasol, taillés régulièrement et qui composent la majorité des promenades sur les quais de nos villes. A Dorigny, ces arbres ont pu développer leurs couronnes en toute liberté. Jamais ils n’ont été rabattus ou diminués dans leur hauteur. L’effet est saisissant ! Les troncs élancés permettent aux branches du sommet de tutoyer les trente mètres de hauteur.

Dans l’alignement, les arbres sont relativement serrés entre eux. Cela a naturellement créé une route à l’intérieur de l’allée qui produit un bel effet architectural et esthétique quelle que soit la période de l’année.

 

Connaître les platanes, description de l’essence

Allée des platanes de Dorigny à UNIL, vue depuis le lac Léman.

Allée au printemps, vue depuis le lac

Les platanes que nous rencontrons dans nos régions sont appelés Platanus x hispanica. Il s’agit d’un hybride entre le platane oriental originaire des Balkans et de l’Asie mineure et le platane occidental venant d’Amérique du Nord.

Cet arbre présente toutes les qualités pour être planté dans les allées et dans les parcs.

Peu exigeant au niveau du sol, résistant à la pollution et aux fortes chaleurs, il offre en plus la particularité d’être très solide, ce qui diminue les risques de rupture de branches. Planté isolé ou en groupe, le platane est très décoratif. Son tronc est recouvert d’une belle écorce (aux allures de camouflage militaire) qui mue par plaques et laisse apparaître de nouveaux tissus allant du jaune au vert tendre. Sa feuille cotonneuse dans son jeune âge devient glabre et luisante, sa structure est plutôt coriace. Les fleurs mâles et femelles poussent sur le même arbre mais sur des rameaux différents. Peu décoratives, elles donnent des fruits en forme de boules de 3 cm. Durant l’hiver, ces boules se désagrègent, libérant les graines dont la plupart sont vaines. En revanche, les platanes se multiplient très bien par bouture.

Entretien de l’allée

Ces arbres ayant toujours été laissés dans leur forme naturelle, il n’est pas nécessaire de procéder à des tailles fréquentes, les branches de platane ayant une forte résistance à la rupture, on peut les laisser grandir sans problème.

La densité de plantation de l’allée étant forte, cela entraîne un manque de lumière à l’intérieur de l’allée. Sur des arbres déjà âgés, il n’est pas rare que des branches sèchent. Elles deviennent alors cassantes et doivent être enlevées afin d’éviter les risques de chute et de blessure pour les nombreux usagés du site.

 

Les parasites des platanes

La maladie la plus grave est appelée le chancre coloré, un champignon entraîne le dépérissement rapide de l’arbre. Il se transmet facilement d’un arbre à l’autre par air, par eau ou par contact. Des allées complètes de platanes ont été décimées, ceci particulièrement dans le sud de l’Europe. Heureusement, chez nous, seuls de rares cas ont été décelés dans le canton de Genève, isolé et bien géré cela fait déjà quelque temps que ce parasite n’est plus réapparu en Suisse.

Un autre champignon appelé anthracnose attaque le feuillage et les rameaux. Cela provoque le flétrissement puis la chute des feuilles dès le mois de mai. Bonne nouvelle, ce champignon est stoppé dès que la température atteint les 23 et 24 degrés. Bien que spectaculaires, ces attaques ne sont pas graves pour la santé des arbres. Le platane atteint aura tendance à refaire ses feuilles rapidement.

Un insecte appelé « tigre du platane » entraîne aussi quelques dégâts, en suçant la sève des feuilles qui deviennent jaunes dès l’été. A moins d’attaques particulièrement virulentes, les tigres n’occasionnent pas de problèmes graves aux platanes.

 

Comment trouver les platanes de Dorigny

Infos pratiques : le site de Dorigny est ouvert au public tous les jours de la semaine. On le trouve facilement en arrivant de l’autoroute sortie Université. Bien desservi par les transports publics, le M1 fait plusieurs haltes à l’Université, de là, partir à pieds en direction du lac, vous ne pouvez pas manquer l’allée.

D’autres arbres du parc méritent d’être observés et admirés, ils feront l’objet d’articles à venir. Vous avez un arbre à me faire découvrir ? Je serai ravi de faire sa connaissance et qui sait, il fera peut être le sujet d’un prochain article grâce à vous ! Contact

Une question, une remarque? Alors n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquer sur les étoiles pour le noter !

Average rating 5 / 5. Compteur : 7

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

 

5
(7)

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

L'arbre m'a dit...

Spécialisé dans le domaine des soins aux arbres, arboriste grimpeur et passionné d’arbres et d’échanges, je travaille au chevet des arbres d’ornement de Suisse Romande depuis près de 10 ans.

2020 © Jonathan Leuba – Tous droits réservés. Mentions légales | A propos | Contact

Pin It on Pinterest

Share This